You are here :   Welcome » Historique
 
Preview  Print...  Print this page...
Preview  Print...  Print this section...
rss This article is available in the standard RSS format for publication on your website :
http://www.clap89.com/data/en-articles.xml

L’histoire commence un samedi 13 décembre 1986.
Une poignée de cinéphiles fait son cinéma amateur en super 8 et vidéo avec 11 films en concours.
Il y a là, concentrés en trois heures de projection, tout le nécessaire à la poursuite de l’aventure.
En effet, nous ne pouvions en rester là. Suite à l’engouement de ce concours, furent créé un atelier cinéma et ciné-club.
Nous avons donc poursuivi avec CLAP 88 (25 - 26 - 27 mars 1988), festival de cinéma amateurs et semi professionnels, accueillant des productions en super 8, 16mm et vidéo tous formats.
CLAP 88 se voulait être un lieu de rencontres, d’échanges et aussi d’ébauche d’une carrière plus consistante ou plus prometteuse (objectif ambitieux à l’époque).
Au total 27 films en compétition venus du département de l’Yonne et de la région parisienne.
Cette année là, CLAP 88 se donne du poids en accueillant pour sa séance d’ouverture, une sélection de courts métrages des 15e Rencontres d’Épinay sur Seine, dont :
« Le Petit Cirque de Toutes les Couleurs » de Jacques-Rémy GIRERD, aujourd’hui réalisateur du film d’animation « La Prophétie des Grenouilles », accueilli dans le cadre de la séance spéciale d’un Été au Ciné le 21 juillet 2004.
« L’Étendu » de Gilles MARCHAND, maintenant réalisateur du film « Qui a tué Bambi », également présent dans le cadre du 19e CLAP 89 en qualité de président du jury.
En 1989 et pendant trois jours (14 - 15 - 16 avril), 36 courts-métrages sont vus par un large public. L’objectif que s’est donné le comité d’organisation du festival est atteint (environ 500 spectateurs).
CLAP 89 se donne aussi un bon niveau de sérieux et de crédibilité en invitant parmi ses membres du jury des professionnels tels que Paul PAVIOT, réalisateur, Jean-Claude ROMER, conseiller cinématographique …
CLAP 89, c’est le clap de l’année 1989. Au moment où le millésime coïncide avec le numéro du département, le comité d’organisation décide de garder l’appellation dans un sens géographique. CLAP 89 sera à jamais le clap du département de l’Yonne.
Cette année de 1990 (30 - 31 mars et 1er avril), c’est Henri ALEKAN, cinéaste et directeur de la photographie, qui préside le jury du 4e festival. CLAP 89 qui se voulait deux ans plus tôt un lieu d’échanges et de rencontres pour les réalisateurs amateurs, est devenu aussi une grande famille avec l’arrivée d’amis tels que le mime Marcel MARCEAU et Paul GRIMAULT, réalisateur. Que d’émotions régnaient lors de cette soirée inaugurale au cinéma Vox !
Le festival CLAP 89, enfant chéri de la MJC a couronné la première création d’un jeune parisien, réalisateur et étudiant à Paris XII (école de cinéma), Pascal PÉRENNES. Celui-ci est aujourd’hui au conseil régional du Limousin, chargé de mission au fond d’aide à la production de longs métrages. CLAP 89 est devenu un tremplin pour les réalisateurs amateurs.
En 1991 (22 - 23 - 24 mars) la cinquième édition du festival du département met son costume trois pièces pour projeter ses films au théâtre municipal. Il se déroulera dorénavant au coeur de la ville de Sens. Seul lieu qui offre en ville une salle confortable, conviviale, chaleureuse et disposant d’espaces annexes permettant l’accueil des participants et du public.
Les CLAP 89 se succèdent d’année en année, (1992 à 1995).
 
Des présidents professionnels, au jury :
 Jacques FLAUD, directeur du Centre National de la Cinématographie,
 Simon REGGIANI, réalisateur,
 Zarina KHAN, réalisatrice.
Des invités d’honneur :
 Judith MAGRE, comédienne,
 Patricia MAZUY, réalisatrice,
 Jérôme BOIVIN, réalisateur.
Pour ne citer qu’eux.
CLAP 89 fait la une de la presse locale :
 « le CLAP c’est le centenaire du cinéma tous les ans »
 « 50 films visionnés en deux jours à « Cannes Sur Yonne » »
Depuis 1995, Ciné-Sens (association de cinéphiles) vient nous rejoindre en proposant un programme de courts métrages, et son président, Bernard ETHUIN-COFFINET est régulièrement membre du jury du festival.
Ils sont venus, ils sont tous là pour les dix ans (4 - 5 - 6 - 7 - 8 avril 1996) du festival.
Parti d’une poignée d’amoureux de cinéma, CLAP 89 a gagné son pari. Les neuf présidents, les neuf primés CLAP D’OR, les invités d’honneur, les amis se sont retrouvés pour la grande fête de famille à Sens.
Au programme :
 Jeudi soir : Ciné Sens et ses courts métrages « Vogue la Jeunesse » avec la projection du court de Fejria DELIBA qui fut membre du jury lors du 18e CLAP 89
 Vendredi soir : ouverture avec les CLAP D’OR en compétition, le public décerne le super CLAP D’OR et en deuxième partie les CLAP de la 2e chance sont départagés par le jury.
 Samedi et dimanche : 53 films en compétition, rencontres, débats
 Lundi : palmarès et remise des prix.
Après une année blanche (1997) le CLAP 89 revient pour sa 11e édition
(10-11-12 avril 1998) avec 107 films reçus en sélection.
Première participation de la classe option cinéma du lycée Polyvalent, classe dont le fondateur n’est d’autre que Bernard ETHUIN-COFFINET, ce passionné de cinéma.
Cette nouveauté permet de compenser les départs (des anciens) et de rajeunir l’équipe d’organisation du festival.
Ce 11e CLAP89 renaissant, malgré les difficultés financières rencontrées, est le point de départ d’une nouvelle décennie pour ce festival, qui repose toujours sur l’enthousiasme fougueux et communicatif de Bernard CHAZEAU (créateur du festival), mais aussi sur le travail d’une équipe pour la plupart composée de bénévoles.
Ceux qui prétendaient que CLAP 89 ne se relèverait pas d’une année sabbatique, se sont trompés. Le CLAP 89 a su assumer sa mue. Il s’est donné les moyens de redémarrer.
De 1999 à 2006, les CLAP 89 se succèdent :
 
 Gaëlle LAURENT, Directrice de la Commission du Film de Bourgogne (association de repérage des lieux pour le tournage de films) rejoint le jury et par conséquent la grande famille du festival.
 Alain LAURY, Directeur des Studios DUBOI (studio d’effets spéciaux, fabrication de toute pièce du cadavre que l’on voit dans le film de Mathieu KASSOWITZ « Les Rivières Pourpres ») apprécie la qualité des films présentés.
 Le film « RTT » est récompensé par le prix de l’encouragement, Faïza GUENE, sa réalisatrice devient l’auteur de « Kiffe Kiffe demain » et « Du rêve pour les Oufs » et présente ses livres sur les chaînes nationales de la télévision.
 Le film « Tarubi l’arabe strait » n’est pas primé, mais ovationné par le public. Kim CHAPIRON, réalisateur et l’équipe de Courtrajmé (association) composée de Romain GAVRAS et de Mathieu KASSOWITZ sont sélectionnés au grand festival du court métrage de Clermont-Ferrand en 2006 et font la une dans le magazine de télévision « Télérama ».

 Les grandes écoles parisiennes de cinéma (ESEC, ESRA, ENSAD, FEMIS, LOUIS LUMIERE) participent régulièrement au CLAP 89 et présentent des travaux de fin d’études.

Le festival d’aujourd’hui

Constats :
 Ces dernières années, en moyenne, 140 films reçus en sélection chaque année dont 35 films en compétition. Les réalisateurs invités au festival, sont présents et prennent du plaisir à revenir sans pour autant présenter un film en compétition.
 Un rendez-vous incontournable s’est créé à Sens et dans l’histoire du cinéma.
30 bénévoles doux-dingues, amoureux d’images et d’histoires se réunissent tout au long de l’année pour poursuivre l’action engagée par la MJC.
50 bénévoles se mobilisent pendant trois jours pour faire fonctionner cette grosse machine.
 Dix prix dotés en argent sont remis chaque année aux lauréats. Ces prix contribuent et encouragent la création future des réalisateurs. C’est aussi une marque de reconnaissance de leur travail. Les prix sont dotés par de nombreux partenaires tels que la Ville de Sens pour le CLAP D’OR, le Conseil Général de l’Yonne pour le CLAP D’ARGENT, la Direction Départementale de la Jeunesse et des Sports, la Communauté de Communes du Sénonais, la Fédération Départementale des MJC, les communes du Sénonais et les commerçants de Sens.
 De nombreux témoignages de soutien, de félicitation, d’encouragement et de remerciement parviennent au CLAP 89 de la part des réalisateurs amateurs et des professionnels de cinéma.
 CLAP 89 est un vivier qui alimente les actions menées tout au long de l’année par la MJC autour du cinéma :
- Vidéothèque et présence naturelle des réalisateurs amateurs dans le cadre de sensibilisation au court métrage.

- Séances de cinéma et présence spontanée du réalisateur professionnel pour faire découvrir un genre de cinéma différent de celui qui nous est proposé habituellement.
- Ateliers audiovisuels d’un été au ciné encadrés par des réalisateurs remarqués au festival et ayant les compétences requises.
- Conseils apportés à des futurs festivals et des associations dont le projet est le cinéma.
- Carnet d’adresses important qui permet de transmettre dans la mesure du possible des coordonnées de professionnels du cinéma pour la mise en place d’actions autour du 7e art.

Sur ces bases, le festival CLAP 89 a été promis à un bel avenir et ce fût le cas, puisque aujourd’hui, il a 20 ans et fêtera son anniversaire les 6-7-8-9 avril 2007 au Théâtre Municipal de Sens.
Objectifs :
 
Pour le court métrage :
Pérenniser l’action cinéma en considérant le court métrage comme indispensable pour permettre les premiers pas des réalisateurs reconnus aujourd’hui.
Pour le public :
Sensibiliser un public très large au cinéma et au court métrage d’un genre différent de celui qui nous est proposé à la télévision et au cinéma.
Pour les réalisateurs amateurs :
Être un lieu d’échanges et de rencontres entre les réalisateurs amateurs et les professionnels du cinéma.
Être un tremplin pour les jeunes cinéastes vers une carrière plus consistante et prometteuse dans le cinéma
Être vu par un large public.

Vous trouverez un dossier plus détaillé dans la zone de téléchargement.


Category : -

Les éditions précédentes

clap2017web.jpg Édition 2016   Édition 2015   Clap 89, affiche 2014

You are here :   Welcome » Historique
 
 
Visits

 1083106 visitors

 40 visitors online

Donation
Ciné en salles
Sentence to think about :    Georges Méliès
Sentence to think about :  Si je buvais moins, je serais un autre homme, et j'y tiens pas !  Jean Gabin - Un singe en hiver (M. Audiard)
Sentence to think about :  Je connais ton honnêteté mais je connais aussi mes classiques. Depuis Adam se laissant enlever une côte et Napoléon attendant Grouchy,
toutes les grandes affaires qui ont foiré étaient basées sur la confiance.
  
Jean Gabin - Le Cave se rebiffe (M. Audiard)
Sentence to think about :  L'essentiel, c'est de râler. Ça fait bon genre.  Jean Gabin - Mélodie en sous-sol (M. Audiard)
Sentence to think about :  Actuellement, il est à Vichy mon cher père. Ah ! c'est un homme qui a la légalité dans le sang. Si les Chinois débarquaient, il se ferait mandarin.
Si les nègres prenaient le pouvoir, il se mettrait un os dans le nez. Si les Grecs... oui enfin, passons !
  
Maurice Biraud - Un taxi pour Tobrouk (M. Audiard)
Sentence to think about :  Sans vouloir la ramener, la seule différence concrète avec des briques, c'est que vous appelez ça des tartes !  Lionnel Astier - Kaamelott, Livre I
Sentence to think about :  La culture burgonde ? Je savais même pas qu’y en avait une… Non, moi je voulais faire grec moderne, mais y avait plus de place.
Il restait que burgonde ou anglais. Aaaaanglais ! Mais c’est encore moins répandu.
  
Loránt Deutsch - Kaamelott, Livre I
Sentence to think about :  Une fois, à une exécution, je m'approche d'une fille. Pour rigoler, je lui fais : "Vous êtes de la famille du pendu ?" ...
C'était sa soeur. Bonjour l'approche !
  
Franck Pitiot - Kaamelott, Livre I
Sentence to think about :  Arthur (à Séli) : Et si vous la ramenez, à partir de demain, vous mangez dans la pièce d'à-côté !
Léodagan : Pourquoi attendre demain ? Maintenant que l'idée est lancée ?
  
Alexandre Astier, Lionnel Astier - Kaamelott, Livre I
Sentence to think about :  C’est incroyable, j’ai l’impression de bouffer de la terre et de la bouse et du gravier,
ça sent le poulailler, mais c’est du céleri et des oignons. C’est prodigieux…
  
Alexandre Astier - Kaamelott, Livre II
Sentence to think about :    Reservoir Dogs
Sentence to think about :    Otho - Beetlejuice
Sentence to think about :  C’est grossier de parler de religion, vous ne savez jamais qui vous allez offenser !  Big Fish
Sentence to think about :  Mr Treehorn n’est pas un homme convenable, il traite les objets comme des femmes...  The Dude - The Big Lebowski
Sentence to think about :  C’est peut-être ça l’enfer, passer toute l’éternité dans c’putain d’Bruges !  Ray - Bons baisers de Bruges
Sentence to think about :  - Comment vont les jumelles ? - Triplées. - Triplées ? Comme le temps passe vite !  Brazil
Sentence to think about :  Un coupable est beaucoup moins dangereux en liberté qu’en prison... Parce que, en prison, il contamine les innocents.  Bernard Blier - Buffet froid
Sentence to think about :  Des vieux pauvres, ça n’existe pas. Radins, oui. Pauvres, non.  Benoît - C'est arrivé près de chez vous
Sentence to think about :  C’est dans ses rêves que l’homme trouve la liberté, cela fut, est, et restera la vérité.  John Keating - Le Cercle des poètes disparus
Sentence to think about :  Tout se mange dans cette pièce, même moi, mais ça, ce serai du cannibalisme, et c’est très mal vu par la société.  Willy Wonka - Charlie et la chocolaterie
Sentence to think about :  La mort est éternelle, peu importe quand elle commence.  Chat noir, chat blanc
Sentence to think about :  J’ai vu toute ma vie défiler devant moi... C’était d’un ennui mortel.  Rocky - Chiken Run
Sentence to think about :  La vieillesse. C’est la seule maladie dont on ne peut espérer guérir.  Citizen Kane
Sentence to think about :  Nous on aime l’effort, mais on ne le pratique pas.  Jésus - Les démons de Jésus
Sentence to think about :   - L’argent ne fait pas le bonheur...
- Faux ! Ça c’est des salades qu’on raconte aux pauvres pour pas qu’ils se révoltent !  
Inconnu et Gabrielle - desperate Housewives
Sentence to think about :  Dis donc on t’a jamais appris à manger avec la bouche fermée toi. C’est à toi que je cause.
J’ai l’impression d’être à côté d’un camion poubelle qui travaille, moi ici !  
Jean-Claude - Dikkenek
Sentence to think about :  Si vous parlez à dieu, vous êtes croyant. S’il vous répond c’est que vous êtes schyzo.  Gregory House - House MD
Sentence to think about :  Vous avez un parasite, il vous reste un mois pour vous en débarrasser sinon après ça serait illégal,
mais ne vous inquiétez pas les femmes adorent ces parasites :
elles leurs mettent des bonnets et elles les amènent au parc avec d’autres parasites.  
Gregory House - House MD
Sentence to think about :  Ces murs ont un effet bizarre, au début on les déteste, ensuite on s’y habitue,
et on finit par en avoir besoin, c’est ça être institutionnalisé.  
Red - Les Évadés
Sentence to think about :  Vous au moins vous ne risquez pas d’être un légume
puisque même un artichaut a du cœur !  
Amélie Poulain - Le Fabuleux destin d'Amélie Poulain
Sentence to think about :  Ooooh ! Il a les yeux de son papa ! Chéri, enlève les lui de la bouche...  Morticia - La Famille Addams
Sentence to think about :  C’est ça mon déguisement, je suis un fou criminel : il ressemble à n’importe qui.  Mercredi - La Famille Adams
Sentence to think about :  - Vous me demandez de recoudre votre plaie ?
- C’est comme les rideaux, c’est pareil !
- Non, c’est pas pareil, j’avais une machine.  
Kate and Jack - Lost
Sentence to think about :  Les souvenirs sont malléables, ce sont des interprétations, rien de plus.
Ils ne font pas le poids face à la réalité.  
Leonard Shelby - Memento
Sentence to think about :  C’est ça l’avenir : chaque fois qu’on le regarde il change parce qu’on l’a regardé, et ça, ça change tout le reste.  Cris Johnson - Next
Sentence to think about :   Vous êtes cons ça fait plaisir à voir ! À chacun sa croix, moi c’est deux abrutis !  Everett à Delmar et Pete - O' Brother
Sentence to think about :   Je lui aurais volontiers pardonné son orgueil s’il n’avait pas blessé le mien.  Elizabeth Bennet à Jane Bennet - Orgueil et préjugés
Sentence to think about :  Je n’aime pas dire du mal des gens, mais effectivement elle est gentille.  Pierre - Le Père Noël est une ordure
Sentence to think about :  C’est la joie d’me revoir ou tu caches un lapin dans ton pantalon ?  Qui veut la peau de Roger Rabbit ?
Sentence to think about :   Contrairement à mon prédécesseur je ne danse pas avec les loups.  Robin de Locksley - Sacré Robin des Bois
Sentence to think about :  Je ne vais pas te faire de mal... Je vais juste t’éclater la gueule !  Jack Nicholson - Shining
Sentence to think about :  Le monde change. La musique change. Les drogues changent. Même les hommes et les femmes changent.
Dans 1000 ans, il n’y aura ni mec, ni nana. Que des branleurs.  
Trainspotting
Sentence to think about :  Il parait que celui qui a inventé la bombe atomique, il aimait vachement les gens ! Alors arrête de me rendre service, tu veux ?  Viens chez moi j'habite chez une copine
Sentence to think about :  Je ne crois plus au prince charmant. Maintenant, je crois au chantage et à la délation.  Mélanie Lupin - Vilaine
Sentence to think about :  ils vous applaudissent parce que personne ne vous comprend, et moi, ils m'applaudissent parce que tout le monde me comprend !  Charlie Chaplin to Albert Einstein
Sentence to think about :    

cinéma Confluences

PARTENAIRE OFFICIEL